L’entrepreneurship ne s’enseigne pas au collège!

80% des millionaires n’ont pas de diplôme universitaire! Je suis convaincu que vous avez déjà lu ou entendu cette statistique à quelque part. Je suis aussi 200% convaincu que l’entrepreneurship ne s’enseigne pas au collège. Et j’ai bien l’intention de vous prouver mon point!

Avant d’aller plus loin, j’aimerais d’abord vous dire que ce billet n’est pas une critique acerbe envers les institutions d’enseignement ou le système d’éducation en général. Ils seront toujours en arrière de ce qui se fait sur le terrain et c’est un peu normal en quelque part. Ceci dit, je vais me baser sur quelques expériences personnelles afin de vous prouver mon point que l’entrepreneurship ne s’enseigne pas au collège.

L’entrepreneurship, 10 ans plus tard…

Avril 2016. J’ai eu la chance d’avoir en entreprise, quatre stagiaires finissants provenant d’une technique de gestion de commerce au niveau collégial. C’est à quelques détails près, l’équivalent du BTS en France. Après les avoir reçus en entrevue, les étudiants sélectionnés me semblaient très motivés. Ils étaient désireux de se lancer en affaires. Même de poursuivre vers un baccalauréat en marketing par la suite.

« L’entrepreneur qui aura échoué 10 fois en testant des façons de faire et se sera relevé à chaque fois sera au final bien mieux outillé pour le futur que celui qui n’essaie qu’une seule fois, même s’il réussit du premier coup. »

Une fois sur place, nous avons regardé le plan de stage que j’avais préparé pour eux. 165 heures en milieu de travail, afin de mettre en pratique les notions acquises au collège. Après quelques discussions avec eux, je me suis très rapidement rendu compte que les notions de marketing sur les médias sociaux, l’utilisation de l’infolettre, Facebook ads, Google Adwords, WordPress et même, l’utilisation de quelques médias sociaux d’actualités comme Instagram ou Snapchat par exemple, dans un contexte d’affaires, échappaient à certains d’entre eux…

La clé de l’entrepreneurship: l’exécution

Vers la fin de leur séjour, lors de la rencontre avec la responsable du stage, une jeune enseignante dynamique et très sympathique, nous avons abordé le sujet. Elle m’a admise que le programme d’enseignement collégial qui leur est livré en ce moment n’avait pas été révisé depuis 10 ans. 10 ans!! Exactement la même année où un certain Mark Zuckerberg rendit un certain site internet devenu populaire dans les universités et les collèges américains en moins de 2 ans, accessible à tous! Oui oui, la même année que la naissance au grand public de Facebook! Le reste est de l’histoire. Pouvez-vous imaginer combien il y a eu d’évolutions dans le monde des affaires depuis 2006?

On a beau dire que le corpus enseigné n’est pas adéquat (j’ai eu la joie d’apprendre que la liste de cours et leur contenu seront revus cet été!). On a beau dire que les établissements d’enseignements seront toujours en arrière dans l’exécution des méthodes couramment utilisées. Il reste cependant que certaines notions que les étudiants reçoivent peuvent servir par la suite de base pour aider à leur réflexion, au processus mis en place.

« Il n’y a pas de secret dans l’entrepreneurship autre que de prendre action, tester, évaluer et recommencer. »

Ceci dit, la seule et unique façon de parvenir à être un bon entrepreneur est… d’en devenir un! L’entrepreneur qui aura échoué 10 fois en testant des façons de faire et se sera relevé à chaque fois sera au final bien mieux outillé et bien plus solide sur ses pieds dans le futur que celui qui n’essaie qu’une seule fois, même s’il réussit du premier coup.

L’entrepreneurship avec les médias sociaux!

C’est en exécutant, en testant et en analysant les résultats pour ajuster le tir avant de ré-essayer à nouveau qu’on devient meilleur. Combien de personnes autour de vous disent ne pas croire en Twitter? Ne pas croire en Facebook Ads? Ou que Instagram ou Snapchat ne sont que des médias sociaux pour les jeunes? Qu’il n’y a pas de « business » à faire sur ça? Sans vous l’avouer, vous faites probablement partie même de ce groupe d’incrédules… Maintenant, posez-leur la question suivante: avez-vous déjà testé ces outils pour être en mesure d’avancer ce que vous dites? Ou est-ce-que vous avez simplement lu ici et là? Ou entendu dans un 5 à 7 que c’était le cas? Ou encore assumé tout ceci parce que vos ados utilisent ces outils donc les « adultes » n’y sont pas? Bref, peu importe la raison, faites votre méa culpa et mettez-vous à tester tout de suite!

Il n’y a pas de secret dans l’entrepreneurship autre que de prendre action, tester, évaluer et recommencer. Ce qui est bon pour maman peut être complètement nulle pour papa! Faites vos tests selon votre propre réalité, agissez, soyez à jour… C’est la meilleure façon d’apprendre, et la plus payante à long terme!

Commentaires

commentaires