L’état actuel du marketing des entreprises francophones

Il y a quelques mois, j’ai décidé de publier un sondage sur l’état du marketing des entreprises francophones. Par cet exercice, je voulais connaître le portrait actuel mais aussi les désirs des entrepreneurs francophones pour les prochains mois. Je vous livre maintenant les résultats, quelques 163 réponses plus tard…

Les répondants vont recevoir dans les prochains jours, l’intégral des réponses du sondage qui prenait à peine quelques minutes à remplir. Vous trouverez toutefois ici aujourd’hui un condensé des résultats de chaque question. En passant, il est toujours temps pour vous d’y participer et ainsi de pouvoir recevoir dans leur intégralité, les réponses aux questions.

« 60,3% des entrepreneurs sondés utilisent une page Facebook d’entreprise dans leurs activités de promotions »

Tout d’abord, j’ai voulu par les premières questions, établir l’identité des personnes qui répondaient à ce très bref sondage. Il m’apparaissait essentiel de connaître le plus d’informations possibles sur l’identité des répondants afin de mettre les informations en contexte. Or, il s’avère que 70,6% des personnes ayant pris part au sondage sont des propriétaires d’entreprises. Parmi cette proportion importante, 49% sont des propriétaires de PME alors que 21,6% sont des travailleurs autonomes. Dans 69,8% des cas, les entreprises pour lesquelles oeuvrent les répondants ne possèdent pas de directeur marketing au sein même de l’organisation.

Les outils marketing des entreprises francophones

À la question #3, il était demandé aux participants d’identifier parmi une liste de 18 éléments différents, quelles sont les méthodes utilisées afin de promouvoir leur entreprise. On remarque sans grand étonnement, que les gens utilisent une page d’entreprise de Facebook dans 60,3% des cas. Fait étonnant, 50,8% des répondants ont également dit utiliser une page d’entreprise sur Linkedin. Les publicités imprimées ont également toujours la cote auprès des participants avec 44,4% alors que les nouvelles technologies comme les plateformes de diffusion en direct et les podcasts récoltaient moins de 3% chacun.

À la question #4, j’ai demandé aux participants de m’indiquer ce qu’ils comptaient améliorer afin de promouvoir leur entreprise. Avec la même liste qu’à la question précédente, les gens devaient indiquer quels outils ils utiliseraient dans un futur rapproché. Dans une large proportion, 44,3% des gens désirent utiliser la publicité Facebook prochainement (alors que seulement 28,6% l’utilise déjà en ce moment). Les vidéos corporatives vont également connaître un essor prochainement alors que 32,8% disent désirer utiliser cette méthode alors que seulement 19% le font en ce moment. Les nouvelles technologies qui ne sont pratiquement pas utilisées présentement auront aussi droit à leur part du gâteau alors que 12% disent vouloir utiliser de façon significative prochainement les plateformes de diffusion en direct contrairement au maigre 2,4% qui le font présentement.

L’analyse des connaissances des répondants

Alors que les 4 premières questions testaient principalement l’état actuel du marketing des entreprises francophones, les prochaines questions visaient plutôt à établir le niveau de connaissances des répondants dans les différentes méthodes qui s’offrent à eux présentement.

La question #5 demandait donc aux participants comment ils considèrent leur niveau de connaissance envers les 18 mêmes méthodes énumérées aux questions #3 et 4. Plus de 40% des répondants ont ainsi déclaré n’avoir aucune idée de ce qu’étaient les nouvelles technologies comme les podcasts et les plateformes de diffusion en direct comme Periscope, Facebook live, Google Hangout ou Meerkat. Même chose du coté du marketing inbound alors que plus 38,8% n’ont aucune idée de ce dont il s’agit.

Fait intéressant à noter, parmi toutes les méthodes énumérées, pas moins de 36,8% des répondants ont déclarés soit n’avoir aucune idée de ce qu’était la méthode en question ou n’avoir aucune idée comment s’en servir même s’ils connaissent la méthode en soit. C’est donc plus du tiers des participants qui ignorent comment utiliser les méthodes proposées.

« 70,7% des entrepreneurs francophones jugent avoir besoin d’aide pour améliorer leur présence web! »

Ce qui empêche les entreprises d’obtenir un meilleur résultat est, dans 66,7% des répondants, le manque de budget. Le manque de temps pour s’en occuper et le manque de connaissances viennent ensuite avec un peu plus de 41% chacun. Fait intéressant, seulement 12% ont dit n’avoir aucun intérêt à améliorer le marketing de leur entreprise.

L’évaluation relative du marketing des entreprises francophones

À la question suivante, j’ai demandé aux répondants comment ils considéraient l’efficacité de leur présence marketing en ce moment. 70,7% considèrent que leur entreprise a grandement besoin d’aide afin d’améliorer leur présence sur le web alors que seulement 29,3% se sont déclarés très satisfaits ou pleinement satisfaits. Même son de cloche lorsqu’on se dirige plutôt vers le marketing sur le terrain alors que 70% des répondants pensent que leur entreprise a besoin d’aide pour améliorer sa présence marketing.

Les entrepreneurs sont cependant très lucides. Ils cherchent à acquérir des connaissances afin de prendre des décisions plus éclairées en rapport avec le marketing de leur entreprise. En effet, à la question « Que souhaiteriez-vous faire afin d’améliorer le marketing de votre entreprise? », 63,5% des répondants ont indiqué vouloir acquérir plus de connaissances relatives à ce sujet. 49,2% ont déclaré vouloir être plus actifs et présents partout et en tout temps pendant que 49,1%  désirent faire preuve d’une plus grande constance dans ses actions marketing.

Quand vient le temps de discuter des méthodes privilégiées pour s’instruire, 3 répondants sur 4 désirent apprendre en lisant sur le sujet ou encore en s’inscrivant à des formations sur le marketing. Les blogues (75,4%), les cours en ligne (47,5%) et autres outils numériques tel que les webinaires (47,5%) ont la cote quand vient le temps d’acquérir de nouvelles connaissances. Beaucoup plus que d’engager un formateur ou un consultant (1,6%) ou encore d’aller suivre des cours avec présence physique donnés par des institutions d’enseignement (23%).

À l’avant-dernière question, les participants ont déclaré dans une très forte proportion qu’ils préfèrent faire confiance et adapter à leur entreprise, une méthode qui a été éprouvée par d’autres entrepreneurs plutôt que de mettre en place une théorie gagnante selon ce qui est enseigné dans les institutions d’enseignement.

Le magicien du marketing des entreprises francophones!

À la dernière question, j’ai posé une question ouverte dont les réponses m’ont beaucoup fasciné. « En rapport avec votre visibilité et votre présence auprès de votre clientèle, si j’avais une baguette magique, quel problème aimeriez-vous faire disparaître? ». Les réponses furent quand même assez disparates mais j’aimerais tout de même attirer votre attention sur plusieurs constantes.

Le manque de ressources financières est revenu sous plusieurs formes (augmentation des ventes, du budget marketing, augmentation de sources de revenu). Il est tout de même apparu dans plus de 40% des réponses reçues. S’il est vrai que les ressources financières sont une condition essentielle à la mise en place d’une stratégie marketing gagnante, l’absence de stratégie marketing accompagnée d’actions précises est sans doute la pire solution à prendre pour régler ce problème de manque d’argent.

Le manque de temps et de connaissance est aussi revenu à plusieurs reprises dans les réponses à cette question. Toutefois, le désir des participants à s’instruire et la conscience qu’ils ont à trouver les informations eux-mêmes plutôt que d’engager pour faire faire le travail à leur place est très encourageant. De nos jours, il y a beaucoup de ressources de qualité disponibles gratuitement ou encore pour quelques centaines de dollars. Il est ainsi possible de faire un gros bout de chemin nous-mêmes.

Bref, ce sondage sans prétention a quand même donné un portrait assez juste de l’endroit où se situe le marketing des entreprises francophones en ce moment. Vous en avez un résumé maintenant. Il est encore possible d’y participer alors que je mettrai à jour à la fin de 2016, l’ensemble des réponses reçues. En y participant, vous recevrez l’intégral des réponses du sondage et ainsi comparer vos réponses à l’ensemble des autres participants.

Des conclusions encourageantes

En regardant et en analysant les réponses au sondage, j’y vois des signes extrêmement encourageants. Malgré un manque flagrant de ressources à consacrer au marketing dans les PME, les dirigeants ont à coeur de s’instruire et veulent en connaître plus sur le sujet. Ils sont à l’affût des nouvelles technologies et n’ont pas peur de sortir de leur zone de confort pour les utiliser. De constater que les entrepreneurs restent dynamiques et continuent de vouloir avancer malgré les difficultés rencontrées est une excellente nouvelle en soit.

Passeront-ils de la parole aux actes maintenant?

Commentaires

commentaires