La productivité en affaires avec mon invité Olivier Lambert | L’Accélérateur #039



Olivier Lambert est un marketeur québécois qui est aussi programmeur et autodidacte. Il vient tout juste de lancer un livre qui s’intitule « Double ta valeur ». Essentiellement, c’est un bouquin qui traite de la productivité en affaires mais aussi pour les employés en quête d’un monde meilleur au sein même de l’entreprise dans laquelle ils oeuvrent.

Voici donc la transcription de l’entrevue avec Olivier Lambert qui traite de productivité en affaires

Marco: Alors on est avec Olivier Lambert. Merci énormément Olivier d’avoir accepté d’être sur l’accélérateur aujourd’hui. C’est très très apprécié.

Olivier Lambert: Ça fait plaisir. Merci à toi de me recevoir sur ton accélérateur.

Marco: Je te laisse quelques minutes pour te présenter dire ce que tu fais dans la vie.

Olivier Lambert: Mon nom c’est Olivier Lambert, je suis un jeune entrepreneur, j’ai 26 ans aujourd’hui. J’ai lancé l’entreprise qui s’appelle la Tranchée. C’est une communauté un site web qui soutient les entrepreneurs et marketeurs pour être capable de lancer leurs entreprises, donc on est un forum de discussion où le gens peuvent venir poser n’importe quelles questions. Il va y avoir d’autres experts qui vont participer qui vont rejoindre à ces questions-là. Je pense même que Marco tu es membre de la Tranchée, tu as aidé quelques personnes au cours des derniers mois. On a une partie cours en ligne où on a un portail de cours en espacement qui vont regarder vraiment les essentiels du marketing numérique; c’est quoi la différence entre WordPress et Wix, c’est les différents langages de programmation, le marketing par courriel, les landing pages, toutes les stratégies de base pour donner un bon coffre d’outils aux gens. Ce projet-là, la Tranchée, est issue de mon blog personnel que j’ai commencée en 2012 qui était simplement olivierLambert.ca où je partageais les différents contacts que j’avais en terme de marketing en tant que freelance. De fil en aiguille, je travaillais chez Voyage à rabais pendant un certain temps. On a géré des millions et des millions en publicité. C’était vraiment une belle expérience formatrice. Puis suite à ça, j’ai décidé de lancer mon entreprise où ce je fais des cours des cours en ligne de la formation principalement de la publicité Facebook comment lancer son blog, le marketing par courriel, et j’ai évidemment tout consolidé ça maintenant à l’intérieur de la Tranché. Puis ma dernière formation c’était être capable de créer un blog profitable. Dans le cadre de cette formation-là, j’ai démarré un nouveau blog à partir de zéro. Ce blog là il s’appelle Double ta valeur. C’est un blog sans la productivité où j’enseigne aux gens je donne tous mes meilleurs trucs pour être capable d’accomplir plus au moins de temps possible de conserver son énergie pour ce qui est vraiment utile d’apprendre à négocier pour savoir qu’est-ce qu’on veut et gagner qu’est-ce qu’on veut, et vraiment de reprendre le contrôle de sa vie et de soi-même de sa contribution à la société. Souvent, si on va travailler quand on est un employée, c’est ton patron qui va te dire exactement quoi faire et bien souvent ton patron, mais il n’est pas très bon pour prendre des décisions qui va optimiser comment faire soit en tant qu’entrepreneur ou soit en tant qu’entrepreneur étais un employé de reprendre contrôle de ces taches qu’on te donne pour te permettre de maximiser ton apport à ta compagnie à la société pour avoir les meilleurs conditions de vie les meilleurs salaires etcetera. On a écrit un livre dans ce blog-là. On fait un blog pour promouvoir le livre, et le livre on l’écrit sur une période d’environ un an. On vient tout juste de le terminer, il est disponible en eBook. Il va bientôt sortir en version papier. On va faire un petit évènement Facebook live pour être capable d’annoncer ça. Vous pouvez le regarder soit sur Facebook, donc la page c’est Double ta valeur. Puis c’est comme un bébé que je viens tout juste sortir. C’est vraiment lent à écrire un livre beaucoup plus que je pensais. C’est très ironique parce que c’est un livre sur la productivité. Je parle aussi de la résistance qu’une fois que ça te tente pas de travailler sur quelque chose, mais il faut que tu te forces pour être capable de travailler dessus. J’ai eu énormément de résistance à écrire ce livre-là, mais j’ai suis mes propres conseils et puis je n’ai quand même pas lâché la patate. Honnêtement, c’est excessivement rewarding. Tu es très très fier quand tu es capable de finir un projet.

Marco: D’ailleurs dans ce livre-là, tu parles à certain moment de la capacité qu’on les gens de battre certaines charges de travail durant la journée, puis souvent on arrive à la fin de la journée comme l’impression qu’on a rien fait ou en tout cas on n’a pas était capable de faire tout ce qu’on voulait faire pendant la journée. À un certain moment, tu parles de l’état de flow. C’est un concept que tu parles dans ton livre. Explique nous ça et puis dis-nous comment ça peut nous aider a justement essayer d’abattre plus de travail courant de notre journée.

Olivier Lambert: Le flow c’est un concept qui a plusieurs titres. Ca dépeint à qui tu parles. Il y en a qui vont appeler ça flow, il y en a qui vont appeler ça un état de peak performance, donc de performance maximale. Il y en a d’autres qui appellent ça deepwork, donc travail profond. Tout dépend de qui tu dois parler, mais ça veut tout dire la même chose. Des fois tu es en train de faire une activité et tu te fais complètement absorber par cette activité-là et le temps semble passer comme tu te rends même pas compte que ça fait quatre heures que tu es en train de travailler sur quelque chose et tu es complètement absorbée et t’es super concentrée. Tu es vraiment beaucoup plus performant beaucoup plus efficace beaucoup plus créatif, et tu apprends beaucoup plus vite lorsque tu es dans ce mode-là. Ça ce qu’on appelle être un flow. Une tonne d’étude qui est sortie là-dessus. Il y a plusieurs livres qui existent sur le sujet. Imagine que le flow c’est un peu l’équivalent naturel à ce que Tony Montana pouvait ressentir à la fin du film Scarface lorsqu’il s’écrasait la tête dans une montagne de cocaïne alors que des cubains rentraient chez lui pour le tuer. Allez regarder cette scène-là sur YouTube.

Quand tu es dans un état de flow, tu es plus créatif, tu travailles plus rapidement, il n’y a pas d’incertitude dans qu’est-ce que tu dis, dans tes mouvements, dans tes actions, tu es beaucoup plus confiant. Définitivement, si tu es capable de passer plus de temps en flow au quotidien, tu vas être capable d’être beaucoup plus productif au quotidien. L’idée c’est d’optimiser ton environnement de travail, optimiser la structure de tes tâches pour faire en sorte que tu dois être capable d’être un flow. On s’est rendu compte c’est que plusieurs déclencheurs qui vont te permettre de rentrer en flow et d’autres choses qui vont te sortir du flow. C’est autant de maximiser la facilité d’être en flow que d’empêcher les gens de te sortir du flow. Je pense que la chose qui me fait capoter le plus c’est la notion du multitâche et du travail d’équipe. Plus en plus les gens travail dans des espaces ouverts en pensant que photo qu’on fasse main dans la main comme si on était un nouveau couple et qu’on est plus capable de se lâcher. S’il y a bien une chose que tu veux faire pour être capable de jamais être un flow c’est bien ça. Tu ne peux pas être un flow quand tu as à faire dans ce genre d’environnement. C’est-à-dire que oui tu peux être un flow quand tu es dans une équipe de basketball ou de baseball ou de hockey ou peu importe. Chacun des joueurs sait exactement qu’est-ce qu’il doit faire et l’ensemble de l’équipe travail en synergie de façon indépendante mais complémentaire pour atteindre un but. Ça fonctionne très très bien sauf que lorsque tu travailles à côté de quelqu’un qui sort toutes les 15 minutes pour te dire, comment s’est passée ta fin de semaine, ou est-ce que tu as vu ce superbe gif de chat eh bien, tu es sûr a 100% que de quoi être capable de rentrer en flow a cause que ça prend peut-être je dirais 30-45 minutes à se laisser attirer dans cet état-là. C’est important de pouvoir travailler sans se faire déranger sans interruption. Ça c’est la première chose et la deuxième chose, je pense que la plus toxique et la plus nocive c’est le fameux mythe du multitâche. On pense tout qu’on est capable de faire plusieurs choses à la fois et ce qui est très très ironique c’est qu’il y a en fait un sondage, je ne me rappelle plus exactement qui est marqué dans le livre. Il posait questions aux gens à savoir si il s’évaluait eux-mêmes comme étant bons ou pas bons pour faire du multitâche. Ce que l’étude a trouvée c’est que personne n’est bon pour le multitâche sauf 0.1% de la population; c’est probablement une erreur statistique.

Marco: Ou des femmes qui disent toujours qui sont bonnes à faire deux choses en même temps.

Olivier Lambert: Même les femmes sont un peu meilleurs que les hommes.

Marco: Dans l’étude tu fais effectivement la mention que d’abord on s’excuse auprès des femmes. Il n’y a personne qui est bon en multitasking.

Olivier Lambert: Peut-être qu’ils sont moins épais, mais elles sont peu bonnes. Grosso modo, le multitâche c’est vraiment la pire des choses. Même les gens qui disent qui sont bons pour faire du multitâche, ils étaient actuellement pire que les autres pour faire du multitâche. Arrête de te faire dérangé par les autres, arrête de faire quatre choses en même temps. Fait l’ensemble des distractions que tu veux avoir et travail sur qu’est-ce que tu as à faire.

Marco: Ce qui peut être hyper dans ton livre c’est que tu donnes un paquet de trucs sur comment essayer de diminuer le plus possible ces espèces de distractions-là que tu peux avoir. Et quand tu dis là 30-45 minutes, j’ai lu un peu la même chose moi aussi de mon côté. Il y a vraiment un long laps de temps que tu dois rentrer dans ta bulle et puis à être vraiment dans ton état de flow si on peut dire comme tu dis dans le livre. Après ça, tu as quand même 60-90 minutes. Les études sont un peu nécessairement sur ça, mais il y a quand même 60-90 minutes que tu es vraiment dans ton pique de performance. Si tu n’es dérangé, tu peux abattre ce que tu vas faire dans une journée complète mais en espace de 60-90 minutes. Ce qui est intéressant dans ton livre c’est que tu donnes un paquet de trucs pour justement diminuer ces choses-là. Il y a une des choses un outil que tu parles qui s’appelle Go Fucking Work. Parle-nous de ça.

Olivier Lambert: C’est une extension Google Chrome que tu es capable d’installer sur ton navigateur. C’est fait en sorte que lorsque tu vas sur Facebook, cela enlève toute la page Facebook et ça remplace tout ça par un bon message; Go Fucking Work. C’est pour t’empêcher de te faire distraire par des choses qui ne sont pas réellement importants. Pour être plus productif, il y a une des variables qui est très très simple à maitriser c’est la quantité de temps que tu penses à travailler. Tu ne peux pas travailler 24h par jour, ça ne se fait pas c’est inhumain sauf que il y a beaucoup de personnes et beaucoup d’entre nous et même moi je suis coupable d’être ça aussi, on se laisse distraire par une espèce de l’optique. Tu vois une notification sur ton téléphone, puis tu cliques dessus, puis tu es sur Facebook, puis tu cliques sur un article sur Facebook, puis il y a une autre notification sur Instagram, puis il y a quelqu’un qui te parle sur Snapchat. Tu te fais aspirer par ce vortex de distraction la qui est ton téléphone et les medias sociaux. Ça me fait penser il y avait Hurman Melville qui a fait Mobydick, qui l’écrivain lui était vraiment la pire merde pour la procrastination. Il n’était pas capable d’écrire ces ouvrages, donc ce qu’il fessait ce qu’il demandait à sa femme de littéralement l’enchainer chaque jour à son bureau jusqu’à ce qu’il ait fini d’écrire quatre pages prédéterminés avec sa femme. Ce n’est pas le seul. Victor Hugo faisait la même chose quand il a écrit le boss de Notre Dame puis les Misérables. Il s’enfermait tout nu dans son bureau, puis il donnait son linge à son servant, puis lui demandait de lui redonner son linge à telle heure. Il était oblige là-bas toute la journée à écrire et à travailler. Nous on prend des techniques pour être capable de vaincre les distractions. Imagine même les autres avaient ce genre de stratégie pour être capable de go fucking work.

Marco: On est vraiment dans un air où on a accès à 100000 informations au bout du doigt en espace de quelques millisecondes, donc c’est sûr que ça ne prend certains trucs là-dedans. Tu parlais de procrastination t’en parles aussi dans ton livre au bout du compte de ce qui se dit dans ton livre c’est… arrête, botte-toi le cul autrement c’était un peu ceux que tu racontes dans ton livre. Parle-nous un peu de la procrastination. Tu disais tantôt que ça était difficile d’écrire un livre probablement qui avait un peu de ca dans l’écriture de ton livre aussi j’imagine.

Olivier Lambert: Effectivement, dans mon livre, j’essaie de vulgariser un peu qu’est-ce que c’était même Presfield dit dans son merveilleux livre qui s’appelle War of Art qui est tellement bon. Lui ce qu’il disait c’est tout simplement introduit le concept de la résistance. La résistance c’est une force insidieuse a l’intérieur de tout individu qui veut juste l’empêcher de faire… il veut préserver l’énergie, il ne veut rien faire le plus possible, il veut saboter la personne pour ne pas qu’elle s’expose à la critique, pour ne pas qu’elle prenne de risque, pour qu’elle conserve son énergie le plus possible qu’elle en fasse le moins possible et la résistance est insidieuse. Elle va te mentir, elle va te manipuler…

Marco: Une espèce de mécanisme de protection.

Olivier Lambert: Exactement. Nos rationalisations, on va méprendre la résistance pour être nous-même. Des fois on va se rendre compte qu’on a des voix dans notre tête qui n’est quand même pas nécessairement bonnes pour nous. On se dissocie pas nécessairement de ces pensées-là alors qu’on devrait faire… on n’est pas nécessairement des malades mentaux qu’on se dissocie de certaines de nos pensées Moi je pense des choses absolument atroces tous les jours. Je regarde les nouvelle, et puis si on me donne la chaîne qui pouvait entendre de tous ce que je pense, il y a en fait un épisode South Park la dessus d’ailleurs, ce ne serait pas très très jolie.

Marco: On a des brèves des fois sur les médias sociaux.

Olivier Lambert: Mais ça c’est très censuré. C’est des cris des phrases, des cris des phrases. Essaie de condenser ta penser pour avoir le maximum d’impact possible tout étant socialement acceptée.

Marco: Oui, je comprends. On est dans la bonne semaine pour parler de ça en plus.

Olivier Lambert: Donc c’est ça le flow. Plus que c’est important plus la résistance va être forte. Quand tu as un projet qui tiens un quart, tu peux être certain à 150% que tout soudainement devient plus intéressant de qu’est-ce que tu as à faire. Ca ne peut pas être à cause… ça c’est souvent le pseudo travail qui va venir prendre cette personne. Je vais vous donner un exemple. J’avais un de mes amis que elle ce qu’elle voulait c’était bâtir un business je pense que c’était un lien avec les tatoueurs, puis elle s’était faite un compte Instagram et voulait faire grossir de façon organique son compte Instagram. Tu fais la gestion de medias sociaux, je fais la gestion de medias sociaux. En tout cas on sait que ça ne prend pas deux ans pour faire un poste Instagram. Sauf que à cause que ça était un petit peu bon de travailler sur qu’est-ce qui était vraiment important c’est-à-dire contacter les tatoueurs au téléphone et puis leur demander si son service ou son produit était bon pour les autres. À place de faire ça, elle s’est dit non, il faut que j’aie une brand avant, il faut que j’aie un ton de follower, il faut que j’aie un ton de postes sur les réseaux sociaux avant, il faut que j’aie un site web avant. Je ne sais pas comment faire des sites web, fuck. Il faut que j’aie un logo avant, il faut que j’aie le nom de mon entreprise avant. À te mettre pleins d’autres morceaux de travail que oui potentiellement pourrait qualifier comme étant tu travailles sauf que où est-ce que t’en es maintenant, t’en es pas rendu-là ou ce n’est pas ton travail qui va procurer de la valeur. L’objectif derrière ça c’est c’être productif. C’est quoi d’être productif? C’est produire de la valeur. Il y a certaines choses que tu es capable de faire aujourd’hui, tu vas apporter beaucoup plus de valeur que l’autre jour. Dans l’exemple de bâtir un compte Instagram, ça se peut que dans un an et demi à ce moment-là, bâtir une présence sur Instagram, ça devient instantanément la chose qui va apporter le plus dévaluer à cause de l’infrastructure qui va permettre à cet objet-là à cet asset ­là de générer la valeur sauf que vu tu n’es pas encore là, donc ça ne sert à rien. Il faut que tu fasses les choses dans l’ordre et les choses dans l’ordre c’est de prendre le téléphone puis passe les appels. Il y a un autre livre productivité qui est en anglais qui s’appelle Eat That Frog, et j’adore le titre. J’adore le titre à cause de cette idée-là il faut que tu manges le carpeau, il faut que tu fasses cette affaire déguelasse que ça te tente de faire, mais tu sais qu’il faut que tu te fasses. On n’a pas besoin de manger de crapeau.

Marco: Dans un autre chapitre Olivier, tu nous parles d’optimisation des processus. C’est un thème qui est pratique pour améliorer ton productivité. Je ne vaux pas que tu nous racontes le livre complet, mais que tu nous donnais un petit peu de… donne nous de l’eau à la bouche un peu sûr qu’est-ce qui se passe dans ce chapitre.

Olivier Lambert: Moi je suis un geek majeur le fait que j’ai 26 ans super geek. Plus moi je rentre sur le marché de travail, plus je vois pleins de personnes qui ont des processus qui ont été inventés dans les années 80. La grande majorité des entreprises, j’ai travaillée au gouvernement aussi. Au gouvernement c’est comme où est-ce que les gens… je veux dire tu peux me sortir la liste des maires pour telle affaire, puis là ils vont l’imprimer sur une feuille de papier. Là il faut que je la retape dans l’ordinateur. Tu comprends un peu? Il y a beaucoup des processus-là qui ne sont pas peut-être pas aussi ridicule à ce que je viens de dire, mais il y a les processus qui restent un peu là c’est à cause que c’est juste la façon que tout le monde fête les choses tout le temps. On a compris un peu récemment la peine de remplacer puis de mettre à jour ces méthodes de travail-là. Et puis moi c’est quelque chose qui me tient vraiment à cœur quand j’arrive… je suis quelqu’un d’excessivement paresseux. Si pour travailler pour faire quelque chose et tu me dis qu’il faut que je fasse un marathon pour finalement j’essaye d’être capable de parcourir 2Km, mais ça cause du détour ça en fait 40, mais je veux faire un peu dessus trouver quelque chose de mieux. Il y a plusieurs façons d’optimiser ce processus. Je parle entre différents logiciels qui existent pour être capable d’automatiser 80% des tâches. Sur la Tranchée, ça fait un an que c’est sorti et Marie-Pierre vient de sortir son espèce de bilan annuel. Puis justement dans cet article-là, elle dit qu’elle en revenait pas on est en équipe de deux, puis si elle se fie a son expérience de travail antérieur ça aurait pris une équipe de 5 à 10 personnes pour être capable de faire le même output de travail que nous à cause qu’il y a aucun entonnoir avec un endroit qui ralenti le processus. Tout est fluide tout est automatisé, tout est fait facilement simplement autant au niveau de la facturation, la gestion des leads, la gestion du courriel. Si tu es capable d’automatiser ton travail une bonne partie du travail, ça peut de te permettre de faire d’autres choses avec ton temps de travail. Tant que je me mets à la place d’un employé-là, dans une semaine de 40 heures, tu es capable de te libérer 20 heures. Ce 20 heures-là, tu es capable de l’investir au sein de ton entreprise pour compléter un projet pour ton entreprise qui ce projet-là, tu vas pouvoir le mettre dans une espèce de portfolio de projet de compléter à travers le temps. C’est une suite de projets comme ça que tu vas compléter qui va te permettre de te démarquer sur le marché du travail, qui va te permettre de commander des salaires plus élevés, et qui va te permettre de un peu envoyer chier ton boss parce que tu sais que tu donnes que tu lis les résultats, puis après un moment tu as génère plus de valeur que lui en entreprise. Si jamais il y aura quand même équipe qui se fait, tu as juste à prendre les résultats. Ça te permet d’être cocky un peu.

Marco: à moins que le boss a eu lu ton livre aussi.

Olivier Lambert: Si le boss a lu mon livre, il va être vraiment content que tu prennes ces initiatives-là. En fait dans le livre à la fin, on parle de négociations de salaires et juste quelque chose qui est assez bald. Parce que normalement dans une négociation de salaire, tu vas aller chercher quelque chose entre 2 et 5% d’augmentation, 5% étant très très bon, 2% étant je te donne l’augmentation toute la vie. Si tu es bon là-dessus, basiquement une réduction de salaire. Moi ce que je dis c’est à chaque année, tu devrais essayer de cibler environ 10% d’augmentation. 10% d’augmentation à première vu, ce n’est vraiment pas beaucoup. C’est dans le sens que tu [?][00:24:42] mais ce n’est pas ça qui va changer ma vie vraiment sauf que la fin c’est que overtime, il ne faut pas que tu vois ça sur une année, il faut que tu vois ça 10% d’augmentation sur 10 ans, ça fait une augmentation assez intense. Sur 10 ans, ça va de 16… Ce sera surement 37 à 73 alors. Tu poses à 33,000 à 126,000. Sur 20 ans c’est 200,000. Puis soit tu ne vas pas être capable d’avoir une augmentation aussi élevée que ça en restant dans les mêmes taches que tu fais. Ta capacité à augmenter un peu ton espèce de baromètre de savoir est-ce que tu travailles réellement sur des projets qui en ont de la valeur qui sont importants, ou tu restes prit dans des tâches à base productivité puis tu n’es pas capable d’en sortir.

Marco: Dans le fond que tu dis c’est qu’il faut… pour ceux qui sont des employés qui vont lire ton livre c’est mieux que tu ne donnes pas ce livre-là en cadeau à leur bosse parce qu’ils vont être en mesure de connaitre les stratégies de négociations.

Olivier Lambert: Parce que le livre est structuré en trois parties. La première partie c’est quoi faire. Donc c’est quoi les activités qui ont un gros retour sur investissement qui va faire en sorte qu’une heure va être équivalent à 10 heures et ensuite comment le faire. Comment faire en sorte que dans ton travail que tu as décidé que t’allais faire qui est excessivement productif, comment le faire le plus rapidement possible. Et finalement la troisième partie c’est comment être capable de convaincre ton organisation d’embarquer avec toi de déléguer les tâches importantes, et finalement bien sûr de négocier ton salaire. Et là on parle pendant 30-40 pages des différentes techniques de négociation qui si ton patron ne les connait pas, tant mieux pour toi.

Marco: Dans le fond s’ils vont être la version numérique, puis utilise juste les deux premiers chapitres, les deux premières parties.

Olivier Lambert: Exactement.

Marco: Olivier, quand je reçois des invités sur l’accélérateur, je leur demande toujours un truc d’accélération sur le sujet du jour on parle de productivité dans ta vie professionnelle aujourd’hui. Il y a une multitude de ressources dans ton livre t’en a déjà parlé t’en a déjà énuméré quelques-unes. Y-a-t-il quelque chose qui a vraiment changé ta façon de penser au niveau de la productivité par exemple?

Olivier Lambert: Je dirais que ce n’est pas un outil. Très rapidement ce que je dirais c’est Zapier qui est l’outil de productivité #1. À part d’être ça, un concept qui a changé ma façon de voir la productivité c’est la loi de Parkinson. Parkinson ce n’est pas la maladie, c’est un principe qui dit qu’une tâche donné veut se complexifier pour être capable de remplir le temps qu’on lui alloue. C’est-à-dire si je te donne sept jours pour écrire un email, et bien ça va te prendre exactement sept jours pour écrire un email. Sauf qu’en fait pour écrire ton email, ça doit prendre 5 10 minutes. Ça dépend de c’est quoi la, mais en règle général…

Marco: Probablement sept minutes au lieu de sept jours.

Olivier Lambert: Exactement. Puis moi j’ai travaillé dans une maison de jeunes. Je sais que c’est un exemple qui est un peu niaiseux, mais quelque chose est sûr j’ai travaillé pendant cinq ans et il y avait une coordonnatrice qui est une personne de 45 50 ans je ne me rappelle plus exactement. C’est à elle que je pensais, j’espère qu’elle ne va pas écouter le podcast, c’est à elle que je pensais quand j’écris ce chapitre-là parce qu’elle prenait une semaine pour écrire un email. C’est littéralement vrai ce n’est pas des blagues. Puis quand on était étudiants, on a un trimestre pour être capable d’écrire un travail d’équipe. Et qu’est-ce qui se passe systématiquement dans les 48 dernières heures, c’est là que 100% du job est fait, et finalement je suis en train de réfléchir à mes concepts, je suis en train de penser, je suis en train de méditer là-dessus. Finalement on ne fait rien, peut-être c’est fait dans la dernière semaine. L’idée la loi de parkinson c’est de remettre les pendules à l’heur et de dire ton travail d’équipe à qui tu dois le remettre tel date, mais tu as exactement une semaine pour le faire. Tu split tes taches à chaque jours en faisant ton plan pour que ça prenne une semaine. La plupart du temps ce qui va se passer c’est qu’actuellement ça va prendre deux fois plus de temps. À la place de prendre une semaine, ça va te prendre deux semaines. Sauf que on donnant une semaine comme objective, ça fait en sorte qu’a la place de prendre un trimestre complet, ça te prend deux semaines et tu dois vraiment donner le meilleur de ce que tu étais capable de donner sans perdre ton temps sans complexifier une semaine le processus. Je vais expliquer pourquoi les gens complexifient les processus, très très simple, c’est une question d’ego. Admettant que toi tu te fais donner un job, et dans ta job justement il faut que tu mettes un article en ligne sur un site WordPress. Sauf que tu n’as tellement rien à faire dans ta job qu’on te donne toute la journée pour être capable de faire ça. Est-ce que tu vas dire? Qu’est-ce que t’aimes mieux de dire? Est-ce que t’aimes mieux de dire que tu t’es fait donner une tâche importante et que chaque petit détail et chaque petit élément est excessivement important que l’image doit absolument contenir ces quatre éléments-là que ton URL doit exactement être structuré de cette façon-là que la largeur de ton texte doit être de tant de pixels et que tu dois absolument avoir du bleu et du vert au moins quatre fois dans ton texte pour que ça soit beau. Est-ce que t’as mieux penser que la tâche qui est simple qu’on t’as donner est excessivement complexe pour être capable de faire l’idée puis de penser que tu étais un personne importante qui a un travail important, ou juste te rendre compte que maintenant il faut juste mettre un fucking texte sur un site WordPress et ton travail n’est pas important, puis tout le monde s’en fout, puis tu pourrais ne pas le faire, puis ça n’aura pas d’impact. Qu’est-ce que tu as mieux à dire? Je pense que c’est le premier scénario. À place de prendre le premier scénario, moi je te propose une alternative qui est troisième qui est de prendre quelques minutes pour faire ça, puis le reste de ta journée, prend le contrôle de ton 7h45 qui te reste pour décider toi-même de la contribution que tu dois faire a la société et a ton entreprise.

Marco: Install Go Fucking Work pour ne pas entrer sur Facebook en train d’écrire des postes de show par exemple. Olivier, il y a une partie que j’ai ajouté récemment sur les entrevus de l’accélérateur qui s’appelle les questions de la pédale au fond. C’est des questions surprises. J’en ai trois, c’est souvent des questions qui proviennent soit de l’entrevu qu’on a fait ensemble ou soit de ton parcours d’entreprenariat. Comme je te suis depuis un certain temps, il y a beaucoup de trucs que je connais de toi, donc je te lance trois questions surprises que tu ne connais pas à l’avance. Ton nouveau podcast qui était lancé récemment toi aussi de ton côté, c’est qui tes trois prochains invités?

Olivier Lambert: Je ne sais pas. Ils sont tous déjà tournés d’avance. Je ne sais pas à quelle heure je vais les relancer. Je sais que là, j’ai un épisode qui va être là la semaine prochaine. On l’a eu cette semaine. Lui il nous explique comment il a réussi à avoir ses 50,000 premiers abonnés sur YouTube à moins d’un an vraiment très très bon stock. Lui aussi il a un podcast d’ailleurs. C’était le premier podcast sur lequel j’ai participé. C’est un gars super sympathique qui est un très très bon marketeurs. L’autre personne après je crois que c’est Alexandre Vanier de l’entreprise Poches et fils. Poches et fils c’est une entreprise Québécoise qui vendent des t-shirts qu’on peut personnaliser la poche. C’est une entreprise qui est très très humoristique à cause que ils ont des slogans à chacun sa poche. Donc lui il va venir nous parler sur le podcast comment lancer un e-commerce comment scaler à trois points cinq millions de chiffre d’affaire. Je crois que j’ai Martin Latulippe, non j’ai Alexandre Parquet qui va venir avant Martin. Martin lui ça va plus vers Janvier. Alexandre Parquet qui est le CEO de l’entreprise Leadfox, qui est une compagnie qui permet de faire des landing pages et capture ainsi de l’automation marketing. Finalement, il y a Martin Latulippe qui va nous parler de comment il fait pour faire générer son toit pour quatre millions de lancements chaque année. Comment est-ce qu’il fait pour faire ça? Je donne vraiment les grosses questions combien il donne à ses affiliés, combien ça coute pour un évènement, c’est quoi exactement ce serait des chiffres vraiment ça va être intéressant.

Marco: Il est venu nous parler de la peur de se lancer en affaires il y a quelques épisodes je pense que c’est l’épisode 25. Il est venu nous parler de la peur que les gens ont de se lancer en affaires. C’était vraiment bien comme contenu. Deuxième question…

Olivier Lambert: C’est tellement un bon narrateur que tu peux juste lui dire go. Il est partit pendant 45 minutes, rien à faire, c’est le meilleur invité à recevoir.

Marco: Ou sera Olivier Lambert en 2022?

Olivier Lambert: Donc qu’on est en 2017, si mes maths sont bonnes ça fait cinq ans. En cinq ans… écoute j’ai peu de plans qu’ils vont aussi loin que ça. J’ai les plans sur deux ans mais je n’ai pas de plans sur cinq ans. Je peux t’expliquer grossièrement la stratégie que j’ai en place pour les prochaines années. Le présentement, j’ai la Tranchée qui est mon entreprise de formation on l’a lancé tout à l’heure qui est un blog sur la productivité. On est en train de lancer The Amazing Blanket qui est un produit de e-commerce, un produit physique qui est une couverture lourde qu’on va vendre aux gens. Ça fait à peu près un business par année qu’on lance depuis trois ans. Je pense continuer dans cette tangente-là. Probablement avec mon prochain projet, ça va être un projet de logiciel, ça va être un software qu’on va vendre parce que la programmation c’est une de mes passions, ça fait longtemps que je vais avoir un projet dans ce créneau-là. Un choix que je vais tout simplement continuer à lancer une entreprise par année en détaillant les processus sur la Tranchée qui reste tout de même le quart de ma vie entreprenariat, qui reste ça c’est mon bébé, c’est ma mission principale c’est de simuler l’entreprenariat de permettre aux gens… de donner les ressources aux gens qui veulent se lancer de le faire et d’avoir du succès en le faisant. Moi j’ai eu certains avantages dans la vie pour être capable de me lancer en entreprise. Honnêtement, j’étais très chanceux à cause que j’étais un petit de Shawinigan. Il n’y avait pas vraiment beaucoup d’anglophones à Shawinigan. J’étais chanceux, de un, d’apprendre à parler en anglais, mais de deux, d’être autodidacte. Je suis très très orgueilleux dans mon apprentissage. Ce n’est pas tout le monde qui a cette personnalité-là, et ce n’est certainement pas tout le monde qui parle en anglais non plus. D’être capable de donner un exemple de ce qui se peut se faire lorsqu’on est un francophone, et puis d’avoir une communauté de personnes qui sont là pour te soutenir qui vivent les même épreuves que toi et qui vont te dire c’est correcte c’est normal, on passe tous par là. Ou encore te donner un coup de pied dans le cul, j’ai eu une consultation dans la semaine passée avec quelqu’un qui avait pris justement une promotion que je fais parfois une heure de consultation à la chaine information. Puis la personne elle a tout sensé de faire. Elle était sous respect s’il y avait déjà des articles. Ces pages c’était vraiment bien. Il manquait son magnet et cette personne-là n’avait pas publiée site web encore. Elle me disait, « Est-ce que je devrais engager un graphiste pour passer par-dessus le design? » Son site était beau, il était vraiment sharp. Il ne voulait pas encore publier son site. C’est là que ça se passe, c’est bien ce que tu fais, c’est correct, tu es dans la bonne voie. D’abord ce genre de se parler, ça rassure les gens puis ça leur permet justement de passer à l’action et d’être productif. Ou dans cinq ans je ne sais pas probablement à Monreale ou à Québec, mais définitivement au Québec et définitivement encore en train de parler d’entreprenariat.

Marco: Sur un yacht avec un hélicoptère dessus.

Olivier Lambert: Peut-être. Je ne sais pas s’il se réalise par contre.

Marco: Dernière question. Il y a une espèce de bataille sur le web entre experts, pas experts, consultants formateurs etcetera. J’aimerais savoir un peu ton idée à travers ça. Ce que sa représente pour toi consultant vs. experts vs. formateurs. Comment toi tu te situes à l’intérieur de cette sphère?

Olivier Lambert: Il y a quelque chose que je veux qu’elle soit excessivement claire qui est oui, je vends les formations, mais mon angle de communication, la façon que je fais mes formations mes podcasts, c’est tout le temps de ce point de vue épistémologique-là qui est je suis un étudiant qui partage son parcours avec les autres. Je suis peut-être une ou deux étapes en avant de toi, mais… A chaque fois que quelqu’un m’écrit un mail qui me dit Olivier, est-ce que je devrais faire une application mobile pour ce projet-là, je ferais ça avec. Je dis écoute, ce que je veux je pense que ce serait pertinent. Tant que ce n’est pas le cas-là, je ne pense pas que ce serai pertinent, je pense que tu vas perdre ton argent, mais ceci étant dit, je ne suis pas dans tes shoes, je ne sais pas qu’est-ce que toi tu sais. Ça se peut que j’aie tort, mais de mon expérience de ce que j’ai vu, je ne crois pas que ce serait une bonne idée. Je ne dis pas ce n’est pas une bonne idée, je dis je ne pense pas selon mon expérience. Ça se peut que j’aie tort. Quelqu’un qui dit qui donne une vérité absolue, systématiquement il faut être méfiant là-dessus. Puis même quand quelqu’un il se positionne comme moi, il faut quand même être méfiant de tout ça. Il faut se poser des questions sur le chiffre qu’il nous donne, quelque chose que je fais que peu de marketeurs font c’est que je veux donner exactement combien j’ai eu de visites, combien j’ai eu d’inscriptions, combien j’ai eu de ventes, combien dépenser en publicité, combien j’ai eu de revenues. Je donne l’ensemble de mes chiffres, j’essaye d’être le plus transparent possible pour faire en sorte que les gens connaissent la vrai réalité derrière le lancement d’une entreprise. Si quelqu’un il se pointe qui puis qui dit je fais 15,000 EUR par mois, ça se peut très bien que la personne investit sérieusement l’euro en publicité Facebook pour être capable de générer ses 15,000 EUR. Juste un chiffre d’affaire comme ça ça ne veut rien dire. De dire comme les espèces d’experts et influenceurs gourou, il y a définitivement un marché présentement pour être capable de vendre des produits d’informations aux gens, il y a définitivement des arnaqueurs qui en tirent avantage. Ça ce n’est rien de nouveau. On peut juste penser peut-être ACN qui est une compagnie qui en fait était un vendeur, il te vend le rêve d’être un travailleur indépendant autonome qui a plein d’argent et que ça va être facile et que ça va être rapide. C’est exactement le même pitch de vente que les gens vont faire avec d’autres produits. Est-ce que ça ne veut dire que le produit de base n’est pas bon? J’en ai aucune idée, je n’ai jamais utilisé leurs produits.

Marco: C’est un bon produit ACN avoir déjà été en contact avec l’entreprise, c’est un bon produit. C’est juste qu’effectivement il y ait eu beaucoup de photos de l’entreprise.

Olivier Lambert: Exactement. Je comprends mal que certains entre guillemets experts ont envers les autres entre guillemets experts. Une chose qui est sûr. Il y a quelqu’un qui a dit quelque chose d’excessivement pertinent sur le groupe de Kim Auclair l’autre jour qui si vous n’êtes pas sur le groupe de Kim Auclair, allez-vous inscrire. C’est dans la tête des entrepreneurs sur Facebook. C’est un groupe qui est ouvert. Les échanges ne sont pas intéressants. Et la personne qui parlait justement de cette discussion-là il a dit, « Moi je n’ai aucun problème avec une personne qui se confirme comme expert. » Puis il dit n’importe quoi. Moi ce que j’ai comme problème c’est avoir les gens qui vont gober tout et n’importe quoi sans se poser de questions. Il faut être vigilent sur internet, il faut être vigilent à la fin. Si tu crois que n’importe qui va dire tu n’es pas fait pour être un entrepreneur parce que tu vas te faire avoir assez rapidement.

Marco: Il y avait comme un contexte autour de ça, il y a eu de discussions sur le web cette semaine justement sur le fameux dans la tête d’un entrepreneur le fameux groupe de Kim. Tu as bien répondu à la question.

Olivier Lambert: Je pense que je ferai un bon politicien. « twenty twenty Oliver for president! »

Marco: A la place de Mr Trump. Olivier le mot de la fin qu’est-ce que ça vient dans les prochaines semaines prochains mois? Toi tu as parlé de trucs tantôt, mais concrètement à court terme, qu’est-ce que…

Olivier Lambert: La vente de Double ta valeur va être en mi-novembre. La prévente de ma couverte qui est The Amazing Blanket, en fait c’est une couverte qui pèse entre 15 25 livres. Le fait qu’elle soit lourde, qui augmente ta sérotonines, qui augmente ta dopamine, qui te permet d’être plus concentrée, et ta sérotonine se transforme en mélatonine le soir ce qui aide beaucoup pour les gens qui font de l’insomnie. C’est tu as besoin d’être concentré, ce genre de produits qui peuvent être intéressants à cause que traditionnellement ce genre de produits qu’on achète pour des enfants qui ont des troubles de déficit de tension qui font de l’autisme ce genre de choses-là. Ca les calme ca les concentre, et ça peut également être utilise pour des adules complètement normaux. Ça aide pour l’anxiété le stress ce genre de choses-là. On lance ce produit-là, on va faire une prévente pour être capable de financer la première bath de produits. On va le faire d’ici la fin Octobre, donc déjà ça ne va pas être assez. Il y a le livre et ensuite les podcasts sortent à toutes les semaines. Il y a la formation Facebook avancée qui va sortir d’ici Janvier qui est probablement la meilleure formation Facebook de loin au niveau de la qualité de production au niveau de différentes stratégies. Entre autre, on est dessus que d’un qui veut être partage, je suis en train de faire la compagne électoral [?][00:44:43] On veut partager les résultats là-dessus dans cette formation-là. On va tout montrer les pubs qu’on a faits pour lui les différentes stratégies. Ca va être super intéressant, il va y avoir d’autres entreprises qu’on va partager. Ces trucs-là, je pense que c’est quand même pas mal.

Marco: Comme Gary Vaynerchuk qui avait fait la campagne de Barack Obama à l’époque.

Olivier Lambert: Je ne savais pas que c’est Gary qui avait fait la compagne de Barack.

Marco: Tout ce qui est gestion avec Barack au départ. Il ne s’en est jamais venté, mais il était derrière.

Olivier Lambert: C’est cool de savoir que je suis le Gary Vaynerchuk. C’est un peu bête comme comparaison honnêtement.

Marco: Pas du tout. Olivier, un gros merci d’avoir participer à l’accélérateur, c’est très très apprécié. On se reparle bientôt.

Olivier Lambert: Parfait. Merci à toi.

 

Pour rejoindre Olivier Lambert:

Le site d’Olivier Lambert

La formation Facebook d’Olivier Lambert

La formation sur le marketing par courriel d’Olivier Lambert

La formation sur la création d’un blogue d’Olivier Lambert

La page Facebook d’Olivier Lambert

Le lien vers la Tranchée

Le site de Double ta valeur sur la productivité en affaires

 

Pour me rejoindre:

Mon site internet: marcobernard.ca

Ma page Facebook: www.facebook.com/mmarcobernard

Mon profil Linkedin: https://www.linkedin.com/in/mmarcobernard/

Mon profil Instagram: www.instagram.com/mmarcobernard

Mon profil Twitter: www.twitter.com/mmarcobernard

Commentaires

commentaires